La couleur AMBRE

 

L’AMBRE DEPUIS SES DEBUTS DIFFICILES A SA RECONNAISANCE PAR LE LOOF

 

Depuis le 12 mars 2009, la couleur AMBRE longtemps énigmatique et contestée est reconnue par le LOOF

Cette reconnaissance n’est pas due au hasard mais est le fruit de recherches et d’une thèse d’un vétérinaire français le docteur Marc Perterschmitt.

L’ambre, anciennement appelée « X-Color », désigne une couleur de la robe du chat. Cette couleur est spécifique à la race du norvégien et elle a fait couler beaucoup d’encre depuis son apparition en 1992.

 La couleur apparu en Suède avec les portées d’une chatte nommée S*Wildwood's Humla. Cette chatte avait une robe bleue mackerel tabby, tandis que le père de la portée (provenant du même élevage) était noir blotched tabby. Sur la portée de cinq chatons, deux mâles nommés Iros et Imer arboraient une robe particulièrement étrange. A la naissance ces deux chatons ressemblaient à des torbies (dilué pour Imer) avec une répartition des couleurs très particulières. Les tigrures d’Iros et Imer étaient respectivement de couleurs noire et bleue tandis que les régions correspondant au poil tabby étaient abricot pour Iros et beige clair pour Imer.

 Longtemps, leur couleur n’a pu être identifiée clairement et on les qualifia respectivement de noir blotched tabby et bleu mackerel tabby puis on les réenregistra en golden et ensuite en chocolat et lila, deux couleurs interdites chez le norvégien selon les différents standards. Beaucoup arguèrent qu’il y avait eu une deuxième saillie et que ces deux chatons n’étaient pas du même père que les trois autres. En effet, il était impossible que des parents respectivement bleu et brown tabby donnent des descendants d’une pareille couleur.

Dans les années qui suivirent, on recensa d’autres cas de norvégiens à la robe encore qualifiée d’étrange. Tous ces chats étaient enregistrés en chocolat ou lila. En 1994, la première naissance de norvégien ambre a lieu hors de son lieu d’origine et c’est en Allemagne qu’une femelle vit le jour, suivie par deux autres chatons en 1997 et 1998.

Entre temps, la polémique était lancée et il y eut bon nombre de discussions pour comprendre la provenance et déterminer la couleur de ces chats. On soupçonna le croisement avec d’autres races et en 1998 dans une exposition FIFé on dira que les norvégiens ambres présentés étaient en fait cannelle (cinnamon) Apparu également le terme « X-color » pour désigner cette robe. D’autres proposèrent encore d’en faire une race à part, certains critiquèrent le fait de porter toute son attention sur la couleur alors que le norvégien est avant tout un chat « de look et d’expression », d’autres encore craignirent qu’on ne sélectionne plus le type du chat reproducteur mais uniquement sa couleur et qu’on défigure ainsi la race. Malgré cela, les éleveurs possédant des norvégiens ambre firent une première demande de reconnaissance de la robe en 1998 à la FIFé, sans succès.

Les éleveurs qui possédaient des chats dans cette couleur spécifique militaient pour une reconnaissance de cette couleur unique tandis que les opposants arguaient que ces chats avaient des problèmes génétiques. De nombreux mariages-test furent pratiqués pour démontrer que l’allèle ambre était différent de celles déjà existantes pour les autres couleurs du chat et la FIFé accepta pour finir de reconnaître les X-color comme portant une couleur spécifique. Cette couleur fut enregistrée sous le terme ambre le 28 mai 2004 lors de l’assemblée générale de la fédération au Portugal.

Deux ans plus tard, le premier norvégien ambre est importé dans l’Hexagone. Un vétérinaire français décide de faire une thèse sur cette couleur et démontre par des tests génétiques l’existence de la mutation ambre Cette thèse permit une reconnaissance de la couleur en France, par le LOOF le 12 mars 2009.

A l’avenir, la difficulté consistera en l’identification de cette couleur. En France, un test de dépistage a été mis au point par un laboratoire vétérinaire afin de déterminer si le chaton est porteur de l’allèle ambre ou pas.

Ecrit par Marc Peterschmitt

Thèse du Dr Peterschmitt

http://www2.vet-lyon.fr/bib/fondoc/th_sout/th_pdf/2009lyon015.pdf

Site de Marc Peterschmitt

http://norvegienambre.e-monsite.com/

Ses variantes

L’ambre se décline dans plusieurs teintes, de l’orange à la cannelle. Les chatons, qui n’ont pas encore leur couleur définitive, peuvent naître très sombres, presque noirs.

La couleur ambre, comme toute autre couleur de robe chez le chat, peut se combiner avec d’autres couleurs (écaille de tortue et torbie), être portée de manière uniforme sur tout le corps (solide), se trouver dans les robes tabby et se décliner en silver, smoke et dilué, avec ou sans taches blanches.

La particularité chez les chatons ambre solide c’est qu’ils naissent foncés et tigrés (marques fantômes). Avec l’âge seulement, la fourrure s’éclaircit tandis que les coussinets et la truffe restent foncés alors que chez tous les chats à la robe brown tabby la truffe est couleur brique cerclée de noir. Chez les norvégiens ambre clair, le schéma est le même sauf que le chaton naît bleu.

Cette couleur se développe plutôt lentement et de façon variable selon les individus. La couleur définitive peut être acquise dès 5 mois mais parfois il faut attendre 1 à 2 ans et 2 à 3 ans de stabilisation.

Sa reconnaissance par le LOOF

Décision approuvée par le C.A. du LOOF le 12 mars 2009 concernant la reconnaissance de la couleur ambre dans la race Norvégien

 Historique :

 La commission des standards a étudié le dossier de reconnaissance de la couleur ambre déposé par un groupe d’éleveurs de norvégiens (envoyé au LOOF une première fois mi-2008, puis de nouveau début 2009), qui est étayé par la thèse de doctorat vétérinaire de Marc Peterschmitt (soutenue le 30 janvier 2009).

Argumentaire 1 :

· le phénotype de la couleur ambre est évolutif, mais bien distinct des autres couleurs déjà répertoriées. La description du phénotype « ambre » figure en annexe 1 ;

· le génotype correspondant est bien identifié (mutation autosomale récessive sur le locus E, génotype ee) et un test génétique existe ;

· cette couleur n’est associée à ce jour à aucune tare ni handicap, malgré l’utilisation historique d’un haut niveau de consanguinité.

 Décision :

Au vu des bases scientifiques du dossier, de sa grande qualité et complétude, et de la thèse qui le soutient, le CA a approuvé par 14 voix pour et une voix contre la proposition de la commission des standards, à savoir :

· que la couleur ambre soit reconnue et ajoutée à la nomenclature des couleurs répertoriées par le LOOF. Le terme « ambre » sera rajouté après la couleur de base (par exemple « black ambre silver blotched tabby », « bleu ambre ») ;

· que cette couleur soit acceptée pour les norvégiens (seule race dans laquelle cette couleur a été observée et étudiée) ;

· que les conseils figurant en annexe 2, destinés aux éleveurs inexpérimentés, soient diffusés via les clubs de race ;

· que les norvégiens de couleur ambre accèdent éventuellement au championnat à partir du 1er janvier 2010, sous réserve qu’il y ait eu avant cette date des séminaires, présentation en expositions pour la formation des juges.

CHATONS DISPONIBLES PORTÉE N°12 DE 2017

Intro p12 4